Exubérance, merveilles & volupté

Les cabinets de curiosités ont un caractère baroque qui me fascine : ils témoignent d'une rencontre entre des domaines scientifiques -savoir, connaissance, observation, anatomie- et des choses qui ont une dimension plus sensible. La rencontre des deux crée la sensibilité.


Aujourd'hui, lorsqu'on emploie le terme baroque pour désigner une oeuvre, c'est parfois pour signifier que c'est bizarre, excentrique : c'est, en réalité la manifestation des activités internes, des activités de nos émotions, de notre pensée...

Le baroque, c'est l'enchantement, l'émerveillement, l'exubérance, les courbes...

Tout est théâtralisé, exagéré, amplifié, en mouvement, rien n'est jamais trop.


Entre exubérance, merveilles & volupté, le baroque nous fait voyager, nous plonge dans le théâtre du monde représenté à travers le regard et la sensibilité des artistes de l'époque qui laissent se déverser les flots créatifs pour saisir, charmer, envoûter peut-être, et exprimer l'abondance des sentiments, émotions et sensations humaines...



Un mouvement de pensée excentrique


Le baroque apparaît en arts -avec un s car ce mouvement de pensée concerne toutes formes d'arts- en Italie vers le fin du XVIe siècle. Il durera deux siècle.

Il est plus commode de situer les choses, bien qu'il ne soit pas possible (et sensé) d'arrêter une date de "début" et de "fin", la pensée et les mouvements humains étant cycliques et continus à la fois.


Nous sommes donc au XVIe siècle.


Le baroque commence à se manifester en architecture et en musique en premier.

Le terme baroque a été employé afin de se moquer, de critiquer des œuvres qui mettaient en avant ce qu'on considérait comme des excès, de l'abondance de détails, une redondance excentrique. Cela marquait un contraste très fort à la fin de la Renaissance, plus sobre, plus claire et rationnelle, avec le classicisme qui mettait en avant la raison.

Même si classicisme et baroque sont en apparence opposés, ils restent liés, ne serait-ce que par ce qui a conduit à rejeter l'un pour plonger dans l'autre.



Rubens, l'enlèvement des Sabines, 1639


La célébration du mouvement


La sensibilité baroque trouve ses origines dans ce qui a trait au mouvement : l'inquiétude, le doute, l'instabilité, le changement, l'agitation.

Nous sommes habités par la curiosité de savoir, de connaître, d'obtenir des réponse à des questions universelles qui ne font que témoigner de notre état de métamorphose constant, qu'il s'agisse de notre état physique, mais aussi psychique, émotionnel, etc.



Paolo de Matteis, La nuit, 1700-1705

Alors que l'art classique jusqu'ici était assez strict, avec une volonté de tout faire paraître vrai (apparences), l'art baroque rejette les règles et les cadres trop rigides pour exprimer les sentiments humains. C'est cet état d'esprit qui me plaît beaucoup.



Rubens, La chute des anges rebelles

Tout grouille, prolifère, est exacerbé, exagéré, redondant, on met le paquet dans l'art baroque !



Émotions, passions & sentiments humains


Dans le courant baroque, certains thèmes prédominent.

Pour exprimer les sentiments d'instabilité, d'inquiétude, de mouvement et de doutes, voici quelques thèmes souvent abordés :

- Les sentiments amoureux inconstants -je t'aime, moi non plus-

- La vanité de l'être humain : à deux niveaux, la vanité qui renvoie à la fierté, mais aussi celle qui renvoie à notre finitude et notre impermanence

- La folie

- Puisque beaucoup de doutes, la question du hasard et du sort

- Les artistes ont recours également à des jeux d'illusion, des jeux de miroir, l'intervention de mondes oniriques, des déguisement, c'est très théâtralisé, etc

- La question de la mort obsède aussi

- L'élément naturel de l'eau est souvent intégré dans les représentation, parce que cela est l'occasion d'exagérer les circonvolutions, les volutes, le mouvement, le caractère instable, etc.



Le Bernin, Apollon et Daphné, marbre, 1622-1625




Les artistes baroques intègrent des allégories, des emblèmes, des métaphores, des symboles pour rendre leurs œuvres persuasives.

Les oeuvres baroques révèlent quelque chose d'hybride, et c'est en ça qu'elles sont riches également (pas que à cause/grâce au foisonnement de détails).



Revendication de la liberté


L'art baroque revendique la liberté, celle d'exprimer ce qui nous habitent : nos sentiments, quitte à exagérer, amplifier, et user de métaphores et de symboles.

Les artistes s'affranchissent de ce qui est traditionnel, conventionnel. Ils osent mélanger les genres, parler de magie et de métamorphoses, sans aucun tabou.


Rubens, Cléopâtre, 1615

La liberté revendiquée est également manifestée dans l'utilisation de couleurs riches et profondes, une lumière intense, des ombres importantes : des contrastes forts. Pas de demie mesure dans l'art baroque !


Ce besoin d'exubérance des formes, des couleurs, de l'exacerbation des sentiments révèlent un besoin de (se) montrer : de montrer ce qui fait de nous des humains, nos sentiments, nos émotions contenues demandent à s'exprimer, à se montrer.




Même si de nos jours, le terme baroque est utilisé pour diverses raisons et qu'il est sorti de son contexte initial, il reste quand même qu'il est lié à des apparences toutes en courbes, avec des arabesques, des volutes, des couleurs exagérées, etc. et que dans le fond cela renvoie aux mêmes concepts qu'au XVIe siècle.