Premiers pas à l'atelier

Bonjour à tous.tes !


Comment allez-vous aujourd'hui ?

Il s'est passé très peu de temps entre mon dernier article et celui-ci !

Il faut dire que j'avais des choses à vous partager que j'ai laissées s'accumuler !


Comme vous le savez, grâce à ma campagne de crowdfunding sur Ulule (lien ici), j'ai pu investir, grâce aux nombreuses contributions, en décembre 2020 dans mon propre four céramique, ainsi que mon propre atelier, pérenne.



les travaux sont bien avancés, j'ai pu amener le four mi-janvier !

J'avais imaginé que 2 semaines me seraient "suffisantes" pour avoir un atelier fonctionnel, même s'il n'était pas totalement terminé. La vérité, c'est que j'ai un gros problème d'estimation temporelle !

Il m'aura donc fallu 1 mois (soit le double) pour commencer à amener mon matériel, mes outils, mes pièces en séchage que j'avais disséminées un peu partout chez moi en attendant.



Ce n'est pas la première fois que :

je fais des travaux,

que je fais des travaux seule,

Mais c'était la première fois que je créais une pièce complète, entièrement seule !


Pour situer, avec mon copain nous avons acheté la maison en 2012, et sommes tombés sous le charme et le potentiel qu'on projetait dans cet atelier en dur qui se trouve sur notre terrain.

Lors de la première visite, l'agente immo nous dit que plusieurs visiteurs projetaient une démolition de celui-ci !

Les fous !

Nous : on prend tout comme ça !

Parce que cet atelier, on va l'aménager... un jour !


Alors, il a déjà subi plusieurs rafraîchissements, aménagements de fortune -mais très fonctionnel et pratique !- mais son heure de gloire, c'est pour maintenant !


En 2012 :

Voici son état des lieux en 2012, lorsque nous avons acheté, et commencé à entreposer moulte matériel et matériaux qui nous serviraient en construction...

Je commence les travaux, après plusieurs plans et projections.
Je décide de créer un atelier dans l'atelier. Un cocon.
Une fois la structure, les murs montés, l'espace se définit clairement.


Pour pratiquer la céramique, j'ai besoin d'espace, d'un lieu dédié et de me sentir dans un univers qui me corresponde (parce que la cuisine a vite souffert de mes débordements !).


J'ai découvert cette pratique en 2019, dans le but premier de créer "pour moi", pour m'offrir ces temps de pause nécessaires à recharger mes batteries et mon énergie créatrice.

Finalement, les premières pièces que j'ai créées étaient... des sculptures pour mes premières expos...



Tryptique "Cristallisation-conservation-prolifération", 2020 : les 1res pièces alliant tricot et céramique dans ma pratique


Autodidacte, je sculpte des pièces de plus en plus variées, et commence à intégrer une part plus figurative parfois.


Le mariage avec le tricot m'a semblé presque évident, comme si les 2 étaient faits l'un pour l'autre, dans leurs complémentarités, leur dialogue.

Tricot et céramique me permettent un équilibre dans le/les sens de chacune des pièces -sculptures et bijoux, que je considère comme des sculptures à porter.



Ici, une broche "Gastropode", au corps de tricot et jambes de grès


C'est vraiment ce que je cherche à transmettre à travers ces pièces : quelque chose qui dialogue, qui interagit, qui (se) répond mutuellement, à l'image de ce qui m'inspire le plus : le vivant, et les liens profonds qui existent entre le corps et l'esprit, le corps et l'âme, la part physique, biologique et celle plus spirituelle, voire ésotérique, astrale...

Tout cela n'entre pas dans une seule case, n'est pas réductible à une seule appellation.


Le tricot / la céramique :


Le tricot est une matière textile que je crée avec le temps grâce à un fil unique.

Je tricote depuis que j'ai l'âge de 10 ans, alors avec le temps, j'ai appris à le faire... les yeux fermés !

Ce matériau est si sensible et délicat. Et j'aime l'idée qu'on soit habitué à l'attendre en guise de protection du corps, plutôt qu'en révélateur de la profondeur de celui-ci...

Pour moi, il évoque tant de choses au sein de notre corps, de notre esprit, mais aussi au sein même de la Nature plus grande.

Il représente à mes yeux l'idée de résilience, de souplesse et d'élasticité, tant de nos tissus, organes et cellules que celles de notre spiritualité, notre personnalité... notre être tout entier finalement.





La terre que je travaille actuellement, depuis le début est le grès très peu chamotté (la chamotte, c'est cette sorte de granulométrie qui donne un aspect granuleux, rugueux, brut à la terre : il s'agit d'argile cuite, broyée et tamisée qui est intégrée à la terre, en quantités variables selon qu'on choisisse une terre peu ou très chamottée).

Bien sûr, j'ai très envie de tester d'autres terres, des grès très chamottés, et de la porcelaine également !

La manière dont je sculpte la terre est liée à ma manière de la considérer dans ma pratique : comme des os, des ligaments... l'idée d'une structure, d'une matrice, une grotte.

Entre le refuge, le recoin qui apporte la robustesse, la stabilité, l'équilibre.





Et alors, à l'atelier, ce sont ces dernières que je crée.

Et je ne sais pas pourquoi... je sens gros comme l'atelier que l'intégralité de ma pratique va migrer un jour entièrement là-bas !

(enfin... vu comme je m'étale un peu partout, c'est pas si sûr !)


En tous cas, j'ai très envie de continuer d'expérimenter de nouvelles choses avec la terre, de rater beaucoup aussi, de créer du grand, du miniature... Bref, de laisser ma créativité là où elle m'emmène et de partager cela avec vous !


J'aime savoir que vous portez sur vous ou chez vous des parts d'Anatomic Jane, et que vous les mariez vous-mêmes à nouveau avec des pièces que vous chérissez.


La bise !


anatomicjane.com

Inscrivez-vous à mes mails pour bénéficier de privilèges réservés aux membres du site

Suivez-moi sur Instagram

Contact : anatomicjanebijoux@gmail.com




0 commentaire

Posts récents

Voir tout